Repos du Lundi

27 juin 2014

Le tourisme spatial au point mort

Le tourisme spatial sera-t-il une réalité dans les deux années à venir comme l’entendent ceux qui se sont lancés dans la course à la construction de vaisseaux suborbitaux ? Richard Branson avoue qu’il est au point mort, et que la recherche ne lui permet pas d’aller plus loin pour le moment. D’autres sociétés comme Xcor, se disent beaucoup plus avancées sur le projet, mais voilà, le problème est qu’il faut toujours rassuré pour vendre. Car la course à l’espace ne date pas d’hier. En effet, Les vols des deux premiers Américains dans l’espace, Alan Shepard puis Guss Grissom en 1961 à bord des capsules Mercury, sont suborbitaux. Leur durée n’excède pas 16 minutes. Dans les années 1960 l’avion expérimental Américain X-15, qui explore le vol à très haute altitude et très grande vitesse, fait plusieurs vols suborbitaux en franchissant l’altitude de l’espace. On étudie à la fin des années 1980 des concepts de véhicules suborbitaux destinés à la satellisation de micro ou nanosatellites, notamment à l’occasion du projet de guerre des étoiles américain. Certains voient le développement de démonstrateurs en vol comme de DC-X, d’autres projets comme le X-34 ne vont pas jusqu’au stade des essais. À la fin des années 1990, la législation américaine encourage le développement du transport spatial commercial privé ; plusieurs projets de véhicules suborbitaux sont étudiés face au besoin de disposer de lanceurs réutilisables desservant l’orbite basse notamment pour la satellisation de nombreux satellites de communications. Ce qui fera basculer le grand public est notamment l’organisation du prix Ansari. L'Ansari X-Prize reprend le concept de l’Orteig-Prize, prix de 25.000 $ créé en 1919 pour récompenser le premier vol transatlantique sans escale de New-York à Paris qui fut remporté en 1927 par Charles Lindbergh. Ce prix, de 10.000.000 $, est destiné à récompenser un astronef réussissant à atteindre deux fois la limite officielle de l’espace (100 km) lors de vols suborbitaux. Aujourd’hui néanmoins, nous sommes loin de la réalité et la seule manière de pouvoir se croire dans l’espace est sans doute d’effectuer un vol en apesanteur. Cette expérience est beaucoup moins chère, et cette fois totalement réelle. D’ailleurs si vous voulez plus d’infos sur cette expérience, allez sur ce site qui vous propose un vol en apesanteur.

Posté par Phaneuf à 16:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Sur la plage

5c2285ba2986d71e174124e

Posté par Phaneuf à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Lexus de Minority Report aux enchères

Si vous avez quelques sous, et que vous aimez les voitures, voici un très bel objet à vendre dont la promotion est fait sur le Guide Luxe. Il s’agit de s’offrir aux enchères la Lexus CS, une pièce unique au monde, faite sur demande, et estimée à 2Mio de dollars. En effet, Steven Spielberg avait demandé au constructeur japonais d'imaginer un concept-car qui pourrait être utilisé dans son film Minority Report, sorti en 2002. C'est ainsi qu'est née la CS, une voiture de sport électrique hors du commun associant à la fois des idées provenant des recherches de l’industrie automobile japonaise, des technologies très sophistiquées issues du sport automobile et l'imagination la plus débridée des designers. Certaines des idées de ces designers sont devenues des applications courantes : le système d'assistance au parking, les ordinateurs de bord et les dispositifs d'autodiagnostic. La CS possédait un châssis en fibre de carbone et en titane ainsi que des panneaux de carrosserie en composite de carbone teintés dans la masse. L’acteur Tom Cruise avait conduit la voiture tout au long du film, dont l'action se déroulait en 2054. Le moteur électrique «à rechargement intelligent» était alimenté par 47 batteries et développait 671 chevaux. Le véhicule 2 places pouvait rouler à 113 km/h durant une longue période entre les rechargements. Tom Cruise activait par commande vocale la plupart des fonctions et n'avait pas besoin de clé - un système d'identification d'ADN déclenchant l'allumage. La voiture comprenait aussi une fonction «voiturier» qui lui permettait de déposer son propriétaire, de se garer pour être rechargée puis d'aller rechercher son propriétaire à l'endroit demandé. La suspension à double triangulation en titane se composait de dispositifs AVS et AHC. Les freins à disque en céramique électroniques étaient dotés d'un système de régénération intégré permettant de recharger les batteries, et les pneus régulaient automatiquement la traction pour s'adapter aux conditions de route. Joli véhicule à s’offrir si vous avez les poches pleines. Pour en savoir plus, allez sur le Guide Luxe.

Posté par Phaneuf à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Un voyage dans le temps des Tsars

Trouvé sur le net, un drôle de voyagiste qui vous emmène dans le temps. Plus exactement il s’agit de voyager dans les pays et de les découvrir tels qu’ils étaient dans le passé. Pour ce faire, un lot de figurants participent aux scènes que vous découvrez dans chaque destination. Par exemple, revivez la naissance de St Petersbourg. En mai 1703, l'armée russe rejoignit l'embouchure de la Netva. Les deux obsessions de Pierre le Grand, l'art de la guerre et l'occidentalisation de son pays, se complétaient dorénavant parfaitement. Existait-il meilleur endroit pour bâtir un port et offrir a la Russie sa « fenêtre sur l'Europe ›› ? Le 27 mai, Pierre le Grand posa lui-même les premières pierres de sa nouvelle forteresse sur l'île Zaiatchi. Saint-Petersbourg était né. Nombreux pourtant furent les sceptiques. Pouvait’il y avoir pire emplacement pour une ville ? La guerre faisait toujours rage entre la Russie et la Suède, et le roi de cette dernière, Charles XII, pouvait encore regagner ce territoire s’il pensait que ces marécages parsemés d’îles en valait la peine. Les iles étaient régulièrement inondées et la région prise de glace entre novembre et avril. De plus, au cœur de l'hiver, elle ne jouissait que de quelques heures d'ensoleillement par jour. Environ 25 000 serfs perdirent la vie pendant la construction de la ville et le rythme était si soutenu que les premiers navires purent accoster dans le port dès novembre 1703. Les taxes y étant moitié moins élevées qu'en Suède, le port s'empara rapidement du commerce qui transitait auparavant par celui d'Archangel près de là. Pierre, qui désirait une ville splendide, fit appel a l'architecte Domenico Trezzini qui conféra à Saint-Petersbourg son style distinctement baroque. Elle devint capitale de la Russie en 1712 et comptait 40 000 habitants en 1725. Je pense que cela peut être un voyage très intéressant, et passionnant en termes d’histoires. Si cela vous intéresse, c’est à retrouver sur http://www.voyageinsolite.net

Posté par Phaneuf à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

En Corsair des Têtes Brûlées

Tous les amoureux d’avion pourront se rendre au Bourget la semaine prochaine pour effectuer un baptême de l’air unique au monde. Attention, cela ne va durer qu’une journée, mais cela sera exceptionnel. En effet, il s’agit de monter à bord du Corsair, le célèbre avion de chasse des Têtes Brulées. Cet avion a une voilure unique, qui en fait un avion de chasse immédiatement reconnaissable. La voilure devait être largement dimensionnée afin de permettre les appontages ; il en résulta une très bonne maniabilité. Les réservoirs structuraux, constitués par des caissons étanches dans les ailes, étaient parmi les premiers de ce type et pouvaient contenir 1045L de carburant. Dans la partie extérieure de la voilure, on trouvait des logements pour vingt petites bombes que le pilote pouvait lancer en visant à travers un panneau vitré situé sous le fuselage. Deux mitrailleuses synchronisées, de calibre 7,62 mm, étaient disposées au-dessus du moteur, et deux autres de 12,7 mm dans la partie extérieure de la voilure. La cellule présentait une solidité remarquable. Les performances dépassèrent les prévisions, mais le prototype se trouva pris lors du cinquième vol dans des trombes d'eau alors que les réservoirs étaient presque à sec. Le pilote, Boone T. Guyton, dut se résoudre à le poser sur le terrain de golf de Norwich. L'avion glissa sur l'herbe détrempée et alla heurter des arbres. Guyton eut juste assez d'espace pour s'extraire du fuselage renversé. 0n se rendit compte alors que le XF4U-1 était si solide qu'i1 était possible de le réparer, même si plusieurs mois devaient être nécessaires à l'opération. Les essais débutèrent en septembre et, le 12 octobre 1940, le prototype atteignait la vitesse de 652 km /h en vol horizontal, devenant ainsi le chasseur le plus rapide du monde. Cette performance permit à Pratt & Whitney d'obtenir de 1' US Army Air Corps l’autorisation de stopper un programme lourd et coûteux de mise au point de moteurs refroidis par liquide. Le motoriste insistait sur le fait que ces moteurs ne permettraient rien de plus que le R-2800 n'offrît déjà sur le Corsair. Le record battu par le gros chasseur de l'US Navy fut donc riche de conséquences, puisqu'i1 amena le plus important constructeur de moteurs alliés à se consacrer en exclusivité à la réalisation de moteurs en étoile refroidis par air, et ce jusqu'à l'avènement de la propulsion par réaction. Sachez également que cette opération est faite pour une bonne cause et que les fonds récoltés seront attribués à la recherche médicale. Pour en savoir plus : http://www.vol-avion-chasse.com

Posté par Phaneuf à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 mars 2014

Vivement le ski

mae-964

Posté par Phaneuf à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dassault ouvre un simulateur d'avion de chasse

Ceux qui aiment se prendre pour un top gun vont apprécier la bonne nouvelle puisque Dassault devrait ouvrir au public l’un de ses simulateurs de vols. Cela sera l’occasion unique de pouvoir se mettre aux commandes d’un ancien avion de chasse, pour ceux qui auront l’occasion de faire partie des heureux élus. Comme dans beaucoup de pays, l'histoire des avionneurs français n'est faite que de fusions, nationalisations et acquisitions... Des balbutiements des petites structures des pionniers de l'aéronautique, on passa dans les années 1930 à des entreprises plus importantes : Société Nationale de Constructions aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO). Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Sud-Est (SNCASE). Société Anonyme des Avions Marcel Bloch (SAAMB)... À la fin de la guerre, échappant à la mort en déportation. Marcel Bloch change de nom et adopte le pseudonyme de résistant de son frère: Dassault. Il fait adopter cette nouvelle dénomination à sa société le 20 décembre 1947. Au cours des années 1950, les filiales de la firme, identifiées selon les lieux d'implantation de ses usines (Saint-Cloud, Boulogne, Mérignac), sont rassemblées au sein de la Générale Aéronautique Marcel Dassault. 1957 marque le rapprochement de la SNCASE et de son côte rappel de la SNCASO en une seule entité: Sud-Aviation qui coopère avec Dassault pour la construction d'avions civils et militaires (Mirage, Super-Caravelle, Mercure...). Le 27 juin 1967, Dassault rachète Bréguet Aviation mais leur réelle fusion n'interviendra qu'en 1971 et le 19 juin 1990, Dassault Aviation prend son nom actuel... Ayant toujours gardé son statut de société privée, elle fut donc la conceptrice de la gamme des Falcon civils et de tous les grands avions militaires français: Mystère, Etendard, Mirage jusqu'au tout nouveau Rafale. Le simulateur qui sera mis à disposition des invités triés sur le volet sera celui d’un ancien chasseur, qui n’est plus en exercice. Pour plus d’informations, allez sur le site spécialisé Simulateur de Vol.

Posté par Phaneuf à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Un week-end dans le Nord Est

A faire, découvrir une région un peu pourrie, et qui pourtant est merveilleuse en gastronomie. Je nord-est de la France présente d'importants contrastes. Au départ de Paris, on arrive rapidement en Champagne, étonnante d'abord par ses étendues presque infinies de champs. Cette région est renommée pour son vin, mondialement célèbre. Dans les villes comme Reims ou Épernay et surtout dans les grands restaurants règne une ambiance particulière, qui sied à l'image du champagne. Mais la Champagne elle-même est une région attachée au terroir. Le chaource crémeux, qui a un petit goût de champignon, et le langres orange, à l'arôme prononcé, sont ses seuls fromages. Les Ardennes sont renommées pour leur gibier et leur jambon. Mais le porc fait davantage partie des habitudes culinaires des Champenois. Ce qui les rapproche de leurs voisins Lorrains et Alsaciens, maîtres réputés dans la fabrication des produits fumés et des salaisons, des pâtés, terrines, saucisses à cuire et viande froide. En dehors de ses centres industriels, la Lorraine est avant tout une région agricole parsemée de villages paisibles, dans lesquels on apprécie les poissons de rivière et une solide cuisine. Un n'y déguste pas seulement la célèbre quiche lorraine, mais aussi des pâtés en croûte, ainsi que des madeleines, des babas ou des tartes aux mirabelles. L’Alsace, malgré beaucoup de ressemblances avec ces deux régions, communes d'ailleurs à l'ensemble des Vosges, s'en distingue pourtant elle est pittoresque et a son propre caractère. Son histoire mouvementée lui a permis d'intégrer dans sa propre tradition le meilleur de la France et de l'Allemagne. Les vins d'Alsace, avec leur caractère spécifique, en sont une agréable illustration. En outre, le nombre important de ses restaurants auxquels le guide Michelin a attribué des étoiles montre combien on est attaché à la gastronomie française et combien la cuisine alsacienne est excellente. Cela n'empêche pas les Alsaciens de fréquenter de préférence les winstubs dont l'atmosphère accueillante et chaleureuse leur plaît tout autant que la cuisine proposée. Ainsi, cette région longeant le Rhin apparaît comme l'une des provinces françaises les plus vivantes, charmantes et délicieuses qui soient, où l'on peut apprécier aussi bien une blonde d'Alsace que de grands vins. A découvrir sur le site week-end gastronomique.

Posté par Phaneuf à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 novembre 2013

Drive!

drive

Posté par Phaneuf à 10:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Quand l'événementiel va

L’organisation des symposium est en relative augmentation. Un colloque est une réunion de travail de tête en groupe, habituellement dans un but de formation. Le mot, provenant du terrain scolaire, a été repris afin de donner du charme à ces sortes de symposium. Ces colloques se développement fréquemment sur des destinations insolites, ailleurs ou dans des villes de sport. Capable de durer d'une demi-journée à plusieurs jours, ces séminaires font habituellement l’occasion de moments souvent amusants, en journée ou en soirée (parapente…). On peut distinguer : Les meetings de team building, dont les évènements se réalisent en format de compétitions. Les séminaires de récompense habituellement axés sur des expériences de magie (hélicoptère ou soirée spectacle par exemple). Il est à présent coutumier de stimuler et confédérer les salariés en réalisant des évènements insolites ou à sensation. Il est généralement indispensable de choisir la rétribution ajustée à vos compétitions commerciales, et le cadeau opportun pour les liaisons commerciaux. Des sociétés spécialistes de le déploiement d’incentive, sauront assouvir vos cibles parce qu’elles délivrent souvent d’une variété de prestations inhabituelles, confondant ressentis et sensations. Préservez le succès des conventions de remerciements, et assurez-vous de faire plaisir à vos équipes. Des entreprises se placent en spécialiste de solutions sur mesure et offrent par exemple une journée de découverte d’un parcours aventure avec vos prospects, un stage de pilotage sur circuit que vous offrirez à vos commerciaux pendant un séminaire, une balade en 4x4 avec vos collaborateurs afin de les remercier de votre affaire, un après-midi via ferrata et une soirée Lido à remettre pour remercier les collaborateurs. Tous ces évènements sont aujourd’hui devenu le moment pour les équipes de goûter de nombreuses animations dans des mondes comme l’aérien ( baptême de l’air, baptême avion, vol montgolfière, baptême ulm, saut parachute … ), les expériences marines ( rafting… ), les expériences mécaniques ( karting…) et les animations de pilotages sur routes tels que sur Lamborghini. Le séminaire est donc une clef de succès de l’administration des hommes et également du succès de firme avec ses divers partenaires commerciaux. Pour en savoir plus, allez sur l’Agence Séminaire.

Posté par Phaneuf à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,