Ceux qui aiment se prendre pour un top gun vont apprécier la bonne nouvelle puisque Dassault devrait ouvrir au public l’un de ses simulateurs de vols. Cela sera l’occasion unique de pouvoir se mettre aux commandes d’un ancien avion de chasse, pour ceux qui auront l’occasion de faire partie des heureux élus. Comme dans beaucoup de pays, l'histoire des avionneurs français n'est faite que de fusions, nationalisations et acquisitions... Des balbutiements des petites structures des pionniers de l'aéronautique, on passa dans les années 1930 à des entreprises plus importantes : Société Nationale de Constructions aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO). Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Sud-Est (SNCASE). Société Anonyme des Avions Marcel Bloch (SAAMB)... À la fin de la guerre, échappant à la mort en déportation. Marcel Bloch change de nom et adopte le pseudonyme de résistant de son frère: Dassault. Il fait adopter cette nouvelle dénomination à sa société le 20 décembre 1947. Au cours des années 1950, les filiales de la firme, identifiées selon les lieux d'implantation de ses usines (Saint-Cloud, Boulogne, Mérignac), sont rassemblées au sein de la Générale Aéronautique Marcel Dassault. 1957 marque le rapprochement de la SNCASE et de son côte rappel de la SNCASO en une seule entité: Sud-Aviation qui coopère avec Dassault pour la construction d'avions civils et militaires (Mirage, Super-Caravelle, Mercure...). Le 27 juin 1967, Dassault rachète Bréguet Aviation mais leur réelle fusion n'interviendra qu'en 1971 et le 19 juin 1990, Dassault Aviation prend son nom actuel... Ayant toujours gardé son statut de société privée, elle fut donc la conceptrice de la gamme des Falcon civils et de tous les grands avions militaires français: Mystère, Etendard, Mirage jusqu'au tout nouveau Rafale. Le simulateur qui sera mis à disposition des invités triés sur le volet sera celui d’un ancien chasseur, qui n’est plus en exercice. Pour plus d’informations, allez sur le site spécialisé Simulateur de Vol.